CONNECTION

French English German Italian Portuguese Russian Spanish
Smaller Default Larger

Les ambassadeurs de la paix de la Gambie à Ziguinchor

 

logo

 Ils sont quatre-vingts jeunes garçons et filles à effectuer le déplacement  sur Ziguinchor. Ces  vaillants jeunes assoiffés de paix, ont malgré ce que cela leur a coûté,  accepté volontiers de venir dans la capitale méridionale de la Casamance pour prêcher la paix.

Une manière selon leur porte-parole, Mohamed  Jalloh « de montrer au monde entier que les jeunes ont désormais pris leur bâton de pèlerin pour se lancer à la conquête de la paix dans le monde ; surtout quand on sait que la Gambie et le Sénégal constituent  malgré les frontières instaurées par le colon un seul et même pays, car partageant les mêmes valeurs  culturelles et sociales. »

M. Jalloh d’ajouter que « la Gambie serait très malaise de voir la case du Sénégal brûler et de ne  pas venir jouer aux sapeurs. Car toute case sénégalaise qui brûle est aussi  une case de la Gambie ».

 

Le représentant du proviseur du lycée El Hadji Omar Lamine Badji de Djibock(Ziguinchor), Aladji Sighaté prenant la parole a tenu  à « saluer cette volonté des jeunes gambiens qui ont fini de comprendre que ce sont les jeunes qui ont surtout besoin de la paix. S’ils ont déjà compris cela, le reste, c’est de les accompagner dans ce combat ». Il a prié pour « le bon retour de ces jeunes gambiens. »

 

Les femmes de « Kabonkétor », représentées par  Mame Fatou Dramé, se sont félicitées de cet appui dont ont fait montre les jeunes ambassadeurs de la paix de Gambie. La représentante Mame Fatou Dramé dira que « les femmes de « Kabonkétor » sont ouvertes à tous ceux qui prônent le retour de la paix dans le monde entier. »

 

Henry Ndecky de la Dynamique de paix en Casamance, tuteur de ces ambassadeurs gambiens de la paix dira aux jeunes présents dans la salle de prêcher surtout le danger entrainé par « l’épris de paix à un peuple ; peut-être qu’avec ce discours, les combattants ou les belligérants pourront  revenir à la raison ».

 

Il a lancé un appel aux autres jeunes sénégalais à qui il a demandé « de s’inspirer de cet engagement des jeunes  gambiens pour venir en faire autant. Car cette crise sénégalaise en Casamance ne peut être réglée sans les jeunes du pays. Ils doivent occuper les premiers rangs car l’avenir du pays leur revient. Au-delà du pays, les jeunes doivent se mobiliser  et se battre pour la tranquillité de l’Afrique entière comme c’est le cas en Europe où les populations se déplacent librement à l’intérieur de leur continent ».